Corps Nature

Lorsque j’ai approché 35 ans, je me suis aperçue que mon corps commençait à changer. Lui qui avait toujours relativement conforme aux canons actuels, commençait à s’en éloigner. J’ai réalisé que jusqu’alors, je ne l’avais observé que pour vérifier s’il correspondait à ce standard, c’était le cas et je m’en satisfaisais. Mais jamais je ne l’avais regardé autrement qu’à travers ce prisme social, jamais je n’avais porté sur lui mon propre regard.

Ce constat m’a amenée à me demander comment je pouvais regarder mon corps. Et, puisque je suis photographe, quelle image je pouvais en donner, qui soit une image qui m’appartienne, et non celle d’un corps de femme tel qu’on peut le voir dans l’imagerie actuelle. Cette interrogation en a amenée une autre, plus intime : est-ce que j’aime mon corps ?
Pour y répondre, je me suis enfermée dans ma chambre, face à moi-même. Petit à petit, j’ai trouvé comment photographier mon corps d’une manière qui m’était propre. Mais cela ne répondait pas à la deuxième question et, une fois les photographies imprimées, elles sont restées enfermées dans un placard.

Quelques mois plus tard, j’ai passé l’été en Bretagne. Un lieu dans lequel je me rends souvent aux beaux jours et entouré de forêts, dans lesquelles j’aime me promener, me retrouver seule dans la nature. J’observe les oiseaux, les arbres, les chevreuils qui surgissent parfois, et je me sens comme un élément de cette nature. L’été, le soleil qui perce à travers les nuages fait apparaître des rais de lumière qui éclairent des branches, des feuilles ou des toiles d’araignées. J’aime observer ces moments qui m’apaisent et les capter avec mon appareil. Imprimées, les photographies sont rangées dans leur placard.

Et en rangeant ce fameux placard, les images de mon corps et celles de ces forêts se sont retrouvées mélangées. Il m’est alors apparu que j’avais photographié l’un et l’autre de la même façon. La réponse à ma deuxième question était alors devant mes yeux : si j’ai porté le même regard sur mon corps que sur cette nature que j’aime tant, c’est certainement que j’aime mon corps. Mais au-delà, cela ne signifie-t-il pas que le corps est un élément naturel. Il est comme il est et ne doit pas souffrir de jugement.

Cartes de vœux

Carte de vœux 2022 pour Première Urgence Internationale

Carte de vœux personnelle pour l’année 2022

Carte de vœux 2021 pour le Conseil National français des Arts plastiques.

Carte de vœux animée personnelle pour l’année 2021

Design éditorial

Dépliant

Dépliant présentant les chiffres annuels de l’association pour la promotion de la culture Le Cygne.

Dossier de presse

Dossier de presse de l’édition 2020 des Promenades photographiques de Vendôme (diffusion pdf).

Prospectus

Prospectus réalisé pour une exposition photo de Première Urgence Internationale.

Couvertures de livres

Livres d’histoire

Ces couvertures de livres d’Histoire devaient renouveler le genre de la couverture de livre scolaire. Cette collection se base sur l’utilisation de formes.

Pour le livre de Seconde, il s’agit de formes molles qui s’imbriquent les unes dans les autres, symbolisant les territoires européens, aux frontières changeantes.

Pour le livre de Première, les formes triangulaires sont incisives, comme les événements du 20ème siècle évoqués dans le livre, qui ont tranché dans l’Histoire et dans le cours des vies des personnes de cette époque.

Mémoire

Le visuel de ce mémoire s’inspire de son sujet : les réseaux sociaux pour le développement d’une entreprise. Le cadre rouge, symbolise les réseaux sociaux, dont il reprend les codes de forme et de couleur . La plante symbolise l’entreprise qui croit grâce à ces derniers.

Couverture d'un mémoire.
Graphiste : Leslie Courbon

Affiches

Affiche pour l’association Non violence XXI .

Les actions non violentes peuvent prendre plusieurs formes. L’une d’elle est la prise de parole (prises de parole en public, lanceurs d’alerte…), qui permet de faire évoluer certaines situations. Ici, la parole est symbolisée par une bouche, qui coupe des barbelés.

Exposition de photographie

Affiche pour une exposition personnelle de photographie sur le thème des mutations à Montreuil. Afin de rappeler le sujet de l’exposition ainsi que son titre, cette affiche reprend les codes graphiques employés sur les chantiers de construction.

Affiche de l’édition 2020 des Promenades Photographiques de Vendôme

Infographies

Frise chronologique

Réalisation d’une frise chronologique pour la librairie associative Le Cygne.
Les livres d’histoire de la librairie sont étiquetés avec
des gommettes de couleurs différentes selon les périodes de l’histoire. La librairie souhaitait donc une frise afin que les clients puissent repérer à quelle période correspond chacune des couleurs.

Frise chronologique pour l'association Le Cygne.
design graphique : Leslie Courbon

Infographies pour une revue

Cette double page, issue de l’édition 2020 du Média Libre, journal annuel de l’École des métiers de l’information présente des infographies en lien avec le changement climatique.

Infographie sur le climat pour le Média Libre

Voir le Média Libre

Double page conçue avec Anne-Fleur Colard et réalisée avec l’aide de Clara Noël, Marie-Thérèse Gomez et Sophie Fortez.

Portraits

Je ne suis pas physionomiste. Lorsque je rencontre une nouvelle personne, je vais remarquer d’abord un détail, un geste, une attitude. C’est ce que j’ai cherché à reproduire à travers cette série de portraits.

Les boutiques

Un effet des mutations rapidement repérable lorsqu’on vit à Montreuil : la vitesse à laquelle les boutiques changent.

Autoportraits

Quel rapport entretenons-nous avec la ville ? Est-ce un lieu d’exploration, d’imagination, d’équilibre ? Ou bien nous enferme-elle ? Nous permet-elle de nous cacher et de nous révéler à notre guise ou bien nous rend elle anonymes ?
À travers cette série, j’ai souhaité représenter ce que je ressens vis-à-vis de ma ville, Montreuil et comment je l’investis.